Email     Mot de passe  
Connexion | Inscription
Le saas est-il compliant pour les applications critiques ?   Au printemps 2011, le cabinet d’analyses Forrester prévoyait que l’explosion du marché du Cloud Computing - de 40 à 240 milliards de dollars entre 2011 et 2020 - serait essentiellement tirée par la vertigineuse croissance des offres SaaS.  Le SaaS a de fait déjà acquis une large popularité en entreprise pour des applications peu critiques comme le partage de documents en lignes ou la Web Conférence ou largement banalisées telles la messagerie, les logiciels de gestion de paye et RH ou encore la GRC. Mais pour l’heure rare sont les grandes structures qui envisagent un déplacement dans le nuage de leurs applications de coeur de métier. Existe-t-il donc un plafond de verre de la criticité pour le modèle SaaS, ou faut-il penser que comme pour les autres modèles d’externalisation, le temps suffira à rassurer les utilisateurs potentiels ?   
Et hop, voici mon feedback :
Je signale mon opinion : je trouve ce sujet...




Webcast
notes
Intervenants (3)
AUDIENCE
 
 
Et si je sponsorisais ce sujet ?
Sujet proposé par Fabrice Frossard
Format : Talkshow
Traitement : Débat d'idées
 
Intervenants :
Luis DELABARRE, TREND MICRO
CTO
Olivier Pochard, PDG de BOOST
PDG de BOOST
Frédéric BASCUNANA, SMARTNOMAD + EFFORST.ORG + @PitchParties & ...
Digital Entrepreneur - Keynote Speaker - DealMaker & Pitc...
Le saas est-il compliant pour les applications critiques ?
 
Au printemps 2011, le cabinet d’analyses Forrester prévoyait que l’explosion du marché du Cloud Computing - de 40 à 240 milliards de dollars entre 2011 et 2020 - serait essentiellement tirée par la vertigineuse croissance des offres SaaS. 
Le SaaS a de fait déjà acquis une large popularité en entreprise pour des applications peu critiques comme le partage de documents en lignes ou la Web Conférence ou largement banalisées telles la messagerie, les logiciels de gestion de paye et RH ou encore la GRC. Mais pour l’heure rare sont les grandes structures qui envisagent un déplacement dans le nuage de leurs applications de coeur de métier. Existe-t-il donc un plafond de verre de la criticité pour le modèle SaaS, ou faut-il penser que comme pour les autres modèles d’externalisation, le temps suffira à rassurer les utilisateurs potentiels ? 
 

Sujets potentiellement connexes :